print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

Aéroports intelligents : donnons des ailes à l’imagination

Le transport aérien se développe de façon exponentielle ; il faut désormais bâtir des aéroports capables d'accueillir d'énormes foules de passagers, tout en veillant à ce qu'ils puissent se déplacer confortablement, en toute sécurité. Voici en quoi les aéroports intelligents ouvrent la voie vers le futur.

Imaginez-vous dans un aéroport d’ici quelques années. Imaginez-vous un lieu exaltant, convivial et pratique qui semble n’avoir été conçu que pour vous. Laissez votre créativité se déchaîner et vous finirez par obtenir un « aéroport intelligent».

« Les aéroports du futur ressembleront de plus en plus à des galeries commerciales et à des centres de loisirs intégrés auxquels vous accéderez par avion. Certes, les aéroports continueront à être des centres logistiques internationaux pour les passagers, mais il faudra également tenir compte du chiffre d’affaires potentiel qu’ils pourront générer par le biais d’implantations à vocation commerciale. », déclare Reino Hyvärinen, vice-président et responsable du secteur Escalators de KONE.

Ainsi, le confort des passagers est important car le chiffre d’affaires hors aéronautique, comme celui généré par les boutiques, le parking, la location de voitures, les restaurants, les hôtels, etc., contribue de façon significative au chiffre d’affaires mondial des aéroports. D’après Airports Council International (ACI), pour la seule année 2015, les aéroports représentaient 40 % de leur C.A. mondial qui s’élevait à un total de 152 milliards d’USD.

 

Sur la piste du profit

D’après certains rapports, le chiffre d’affaires hors aéronautique des grands aéroports, tels que le continent américain et l’Europe, stagnent ou baissent. Il faut donc impérativement trouver de nouveaux moyens de maintenir leur chiffre d’affaires.

Aéroports de Paris, l’aéroport de Francfort et l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, ont annoncé que les dépenses par passager avaient baissé de 4 à 8 % en 2016. En Amérique du Nord et en Europe, le chiffre d’affaires généré par les locations de voitures est mis à mal à cause d’applications, telles que celles d’Uber, qui rendent les déplacements en taxi plus abordables.

C’est là que KONE peut jouer un rôle non négligeable, grâce aux solutions intelligentes pour la circulation des personnes. KONE travaille en effet dans de nombreux aéroports à travers le monde, notamment : Schiphol, Heathrow, Munich, Vienna Skylink, Los Angeles, La Guardia, Oslo, O’Hare, Hongqiao, Shenzhen et Pékin.

Comme nous l’explique Reino Hyvärinen : « Les grands aéroports accueillent chaque année des millions de passagers ; si vous arrivez à augmenter, ne serait-ce que de 5 minutes, le temps que chacun d’entre eux passe dans la zone commerciale d’un aéroport, cela permet de générer une hausse importante du C.A. Concernant les aéroports régionaux, lorsque la vitesse de déplacement est un objectif prioritaire, les solutions KONE pour la circulation des personnes peuvent permettre de passer de la porte à la borne de taxi en 15 à 18 minutes ».

Ces solutions sont essentielles car, d’un côté, 67 % des aéroports du monde continuent de fonctionner à perte et, de l’autre, la mondialisation, l’urbanisation et la croissance économique garantissent que le nombre de personnes qui voyagent en avion va augmenter de 4 % par an. D’après l’IATA, le nombre de passagers du transport aérien devrait doubler et passer de 3,8 milliards en 2016 à 7,2 milliards en 2035 ; essentiellement à cause de la croissance de la Chine et de l’Inde.

 

Attente minimale, dépenses maximales

« Il n’est pas aisé de faire circuler les gens ; cela nécessite une analyse et une planification soigneuses des trajets les plus efficaces, une réduction des arrêts non prévus, et la compréhension des capacités requises pour la « Circulation des personnes ». Pour des entreprises comme KONE, cela ouvre bien évidemment de nombreuses perspectives de collaboration avec nos clients Infrastructure pour la planification, la conception, la livraison et la maintenance de projets. Associés aux ascenseurs, escalators et portes automatiques dernier cri, les services de KONE pour la circulation des personnes offrent des solutions optimales à toutes les exigences », déclare Sascha Brozek.

De nombreux aéroports ont déjà commencé à proposer des services intelligents tels que : robots intelligents, guichets d’auto-enregistrement, services de balise, navigation en temps réel dans l’aéroport grâce aux téléphones portables, analyse prédictive, stationnement automatisé, signalisation intérieure, solutions d’automatisation du passage des douanes, et offres promotionnelles de proximité ; tout cela étant basé sur des données recueillies relatives aux dépenses et aux habitudes des passagers. On s’attend à ce que, d’ici 2025, le marché mondial des aéroports intelligents augmente en vertu d’un TCAC (Taux de Croissance Annuel Composé) de 10,7 % et atteigne 25,09 milliards d’UDS.

 

Tout est dans l’expérience

KONE conçoit et planifie le cheminement des voyageurs, depuis la borne de taxi, l’emplacement des transports publics ou le parking jusqu’à la porte de l’avion – et inversement – afin qu’il soit aussi pratique que possible. Parmi les solutions possibles, citons l’audio-guidage pour les personnes âgées ou handicapées, et diverses informations relatives aux services proposés par l’aéroport et mises à disposition sur des appareils portables pour les passagers.

La grande expérience de KONE en matière de développement et d’analyse des déplacements des personnes, dans divers types de bâtiments, a permis de savoir comment inciter les gens à circuler en toute commodité dans ces vastes plateformes. Cela lui a également permis d’analayser pertinemment les déplacements des utilisateurs finaux dans les aéroports et de proposer des solutions aux besoins des clients (constructeurs & opérateurs) tout au long de la durée de vie d’un aéroport.

Il ne reste plus désormais qu’à rendre le trajet d’un aéroport à un autre plus intelligent, plus rapide et meilleur – parce que tout est dans l’expérience.