print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

Finies les maisons intelligentes : place aux maisons perspicaces

Grâce aux progrès technologiques, les maisons intelligentes sont devenues une réalité. Prochaine étape cruciale : les rendre perspicaces. De nos jours, votre cafetière peut préparer votre première tasse de café quand vous vous réveillez. L’éclairage s’allume automatiquement quand vous entrez dans la salle de bain. Vous demandez à votre assistant virtuel quel temps il va faire pour voir si vous prenez un parapluie. Une fois que vous sortez de votre appartement, l’ascenseur est appelé. Le logement intelligent est devenu une réalité grâce aux améliorations apportées aux capteurs, aux communications avec des appareils mobiles, voire aux interfaces utilisateur telles que la reconnaissance vocale. L’Internet of Things [IoT - Internet des objets] du consommateur a bien progressé. Mais tout cela n’est que la première étape. A l’avenir, les maisons ne devront plus seulement être intelligentes mais perspicaces.

Répondre aux besoins complexes des humains

« Il s’agit de besoins humains ; pas de technologie », déclare Minna Takala, experte en stratégie conceptuelle. « La technologie elle-même sera soigneusement conçue pour faciliter l’existence ».

Les bâtiments intelligents peuvent désormais évaluer leur environnement et répondre aux ordres. La prochaine avancée majeure doit consister à les rendre « perspicaces » et capables d’empathie et d’adaptation à chaque personnalité.

Minna Takala souligne que les besoins humains sont complexes et souvent contradictoires. Ainsi, une personne peut avoir besoin d’être connectée en permanence pour son travail, pour communiquer avec ses amis ou contrôler les appareils depuis un smartphone. Pourtant, elle pourra également avoir besoin de débrancher les appareils et de déconnecter, pour bénéficier d’un environnement calme propice à la créativité ou aux discussions en famille. Il y a vingt ans, les repas en famille étaient perturbés par les appels téléphoniques ; aujourd’hui, ces perturbations sont dues aux notifications incessantes.

« L’avenir sera meilleur : nous répondrons à ces besoins humains grâce à l’auto-apprentissage et aux dispositifs d’anticipation », ajoute Minna Takal. « Les produits trouveront d’eux-mêmes de nouvelles façons de satisfaire nos besoins. L’important c’est que nous aurons le choix ».

 

Une maison capable d’empathie

La maison intelligente du futur sera en mesure de répondre aux choix individuels. L’ascenseur saura que vous avez décidé de vous rendre à votre travail à vélo et vous amènera automatiquement au rez-de-chaussée le matin. Par contre, votre conjoint aime conduire, l’ascenseur saura donc qu’il faut l’amener jusqu’au garage situé au sous-sol. Le logiciel de reconnaissance faciale de votre téléviseur détectera votre présence à tous les deux sur le canapé, après le travail, et vous recommandera des programmes que vous appréciez tous les deux. Si le logiciel constate que vous êtes tous deux fatigués et stressés, il pourrait même vous suggérer un programme adéquat pour vous dérider, comme une comédie burlesque.

« Les technologies à base de capteurs seront intégrées aux bâtiments ; nous pourrons donc communiquer avec notre environnement bâti », explique David Malott, fondateur et PDG – AI. « L’immeuble serait ainsi doté d’un « cerveau » et pourrait réagir, mais il aurait également un « cœur » et serait capable d’empathie. Le résultat sera à la fois très personnel et très individualisé ».

 

Des machines douées de réflexion au service de l’Homme

Les maisons intelligentes sont du domaine du possible grâce aux progrès réalisés en matière de machines douées de réflexion, le « machine learning » : le logiciel tire des enseignements des données qu’il traite et peut faire des prévisions. Nous en sommes déjà aux prémices de cette révolution – un site de vente de livres en ligne sait que si vous achetez un ouvrage de poésie, vous serez susceptible d’en commander un autre – mais quand nous associons les progrès en matière d’apprentissage cognitif des machines et l’IoT du consommateur, de nouveaux horizons s’ouvrent.

« Les capteurs étant plus sophistiqués et plus abordables, nous disposons de plus de données », indique Claire Penny, Responsable mondiale du secteur Industriel – IoT cognitif pour la construction, chez IBM. « Nous disposons d’écosystèmes de partenaires dont les technologies nous fournissent des données ; nous les recueillons, les analysons et agissons en fonction. Le moment est venu ; nous sommes prêts à nous mettre au service des habitants d’un immeuble ».

Votre logement sera plus sûr, doté d’une meilleure efficience énergétique, et permettra d’économiser de la main d’œuvre. Et il sera également capable de reconnaître une personne donnée et de lui répondre, ainsi qu’aux désirs fluctuants de chaque individu.

« Quand vous construisez un bâtiment, vous ne pouvez pas vous contenter de réfléchir à l’efficience opérationnelle ; vous devez également tenir compte de l’expérience de l’utilisateur », déclare Claire Penny. « Les machines douées de réflexion contribuent à ce que le bâtiment réponde aux utilisateurs, et elles aident les utilisateurs à comprendre et à contrôler leur environnement. Tout cela au service de la population ».

 

En savoir plus sur les services KONE qui facilitent votre quotidien.