print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

Intégrer la nouveauté : l’avenir des bureaux

Pour proposer un avenir meilleur en zone urbaine, nous devons parfaitement comprendre ce qu'est une ville, notamment comment les personnes y travaillent et s'y déplacent. Le développement des immeubles à vocation commerciale reflète les bouleversements sociétaux et technologiques. Cet article traite des tendances émergentes qui impliquent une redéfinition du travail et de l'espace de bureau traditionnel.

La numérisation modifie le travail et la nature du lieu où on l’exerce. Le travail se fait d’une façon plus fluide, interconnectée et axée sur les réseaux. Les nouveaux outils de collaboration en ligne permettent aux clients, partenaires et fournisseurs de faire entendre leur voix lors du processus de développement d’un produit, considéré comme un écosystème. L’environnement physique fait lui aussi partie d’un écosystème : des capteurs recueillent des données, des analystes les interprètent, et l’équipement, les outils et l’ameublement deviennent de plus en plus « intelligents » et utiles pour le travailleur. L’environnement physique du lieu de travail, bureau compris, devient très personnalisé. La température, l’éclairage et les niveaux de CO2 sont adaptés aux préférences de chacun. Si un collaborateur veut réserver une salle de réunion, le système se souviendra quelle est sa préférée et comment il aime que son thé soit servi.

Certains robots se chargent déjà de certaines tâches de bureau. L’automatisation de certains processus permet de gérer la saisie répétitive de données, tandis que des robots-nettoyeurs passent l’aspirateur. Les ascenseurs et les escalators s’adaptent et prévoient de plus en plus, qu’ils transportent un seul passager ou des foules entières. Un ascenseur peut être appelé car il sait qu’une personne va bientôt partir puisque sa journée de travail est normalement terminée, et il peut patienter quelques secondes supplémentaires s’il détecte qu’une autre arrive vers lui en courant.

 

La faculté d’adaptation et les bureaux du futur

Les bureaux du futur se caractériseront par leur flexibilité. Les progrès technologiques et architecturaux contribuent à la flexibilité du travail et des espaces de travail. Oubliez le « 9h – 18h ». La manière de travailler de chacun est de plus en plus modulable. Les gens sont plus enclins à travailler de chez eux, ou alors ils bénéficient d’horaires de travail flexibles quand ils doivent être au bureau. Les partenaires, les travailleurs indépendants et les sous-traitants travaillent souvent aux côtés de leurs clients pour de longues périodes. Le vieux concept d’un âge de la retraite fixé à l’avance est dépassé ; des employés d’un certain âge peuvent continuer à apporter leur contribution à l’entreprise, pendant des années, en bénéficiant d’horaires souples. Même les immeubles de bureaux sont plus polyvalents grâce aux espaces de travail indifférenciés et aux murs amovibles.

Cela est capital car la plupart des bâtiments anciens peuvent ainsi héberger 30 à 40 % de gens en plus, par rapport à leur capacité initiale. Le même bâtiment peut héberger divers types de locaux : commerces de détail, habitations, et bureaux. Les interactions entre différentes équipes améliorent la productivité ; des réunions imprévues peuvent se tenir dans des espaces comme les bars où l’on peut déguster un café. Mais il n’est plus question de proposer des étages entiers en « open space » – il est parfois nécessaire de s’isoler pour travailler.

Et il va être capital d’assurer un déplacement fluide des personnes pour s’adapter à la disparition des ruées à heures fixes, aux heures d’ouverture et de fermeture des bureaux. La capacité des ascenseurs joue un rôle crucial. Il faut préserver la capacité à transporter un grand nombre de personnes, mais la rentabilité et l’expérience individuelle prennent de l’importance.

 

Construction d’un espace de travail « vert »

Les réglementations nationales et les demandes des entreprises sont des facteurs clefs incitant à accroître l’éco-efficience et la longévité des bâtiments. Les entreprises demandent aux développeurs de créer des bureaux « verts », parfois au sens premier du terme. Nous sommes conscients que les bâtiments vont devoir générer plus d’énergie grâce à des panneaux solaires, assurer la ventilation grâce à des cheminées solaires, utiliser l’eau de pluie pour alimenter les chasses d’eau et être construits avec des matériaux à très haute rentabilité. Les technologies intelligentes permettent aux bâtiments de réagir en temps réel à des micro-modifications climatiques ou à la chaleur générée par les personnes rassemblées à divers endroits.

La longévité doit être envisagée pour la totalité de la durée de vie d’un immeuble de bureaux, pas uniquement pour son fonctionnement. Le contact avec la nature améliore la productivité sur le lieu de travail. Plus les bâtiments sont hauts, moins ils prennent de place au sol où l’espace ainsi laissé vacant peut être utilisé pour des zones vertes. Mais même les personnes travaillant au 100e étage pourront retrouver la nature sans aller bien loin : des espaces arborés et de petites cascades seront intégrés au bâtiment lui-même. Les bâtiments anciens seront rénovés pour accroître leur longévité et y intégrer des espaces verts. Les plantes des murs de végétation prolifèrent, tandis que les rénovations permettent d’élaborer de nouvelles méthodes d’économies d’énergie liées au déplacement des personnes dans les bâtiments.