print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

J-6 ans : Paris, smart city pour les JO 2024 ?

Dans 6 ans exactement, les Jeux Olympiques et Paralympiques se tiendront à Paris. Environ 15 000 athlètes, 20 000 journalistes et des millions de spectateurs feront de Paris la capitale mondiale du sport. Cette attribution de ville hôte par le Comité d’Organisation des JO, Paris l’a notamment obtenue car elle a misé sur un atout de taille : la French Tech. Les solutions technologiques envisagées pour répondre à trois types de challenges liés à cet événement sportif exceptionnel pourraient faire rimer Paris avec Smart City.

Assurer une meilleure gestion des foules

Les foules peuvent parfois adopter un comportement irrationnel qu’il est difficile d’anticiper. Et pourtant, il est indispensable de gérer ces flux de personnes lors des grands événements mondiaux.

Au sein des bâtiments intelligents, les structures sont conçues pour évoluer en temps réel en fonction de ce qui s’y passe – lorsque les flux de personnes dépassent une certaine vitesse ou une certaine densité, par exemple. Pour éviter les encombrements, il est par exemple possible d’augmenter ou de réduire la vitesse d’ouverture des portes et portails automatiques.

Plusieurs start-ups ont proposé d’autres solutions innovantes afin de régler les problématiques de congestion anticipées avec la tenue des Jeux Olympiques de 2024 :

Placemeter, start-up pionnière du secteur de l’analyse de vidéo par ordinateur, rachetée par Netgear en 2017, propose une solution d’analyse en temps réel qui comptabilise les camions, voitures, motos, vélos et piétons pour estimer et anticiper les flux routiers. Elle permet aussi de tester l’impact des aménagements de l’espace public sur ces mouvements.

Autre exemple : l’application d’appels d’urgence Urgentix s’est distinguée lors d’un appel à innovations lancé par le Comité d’Organisation des Jeux. Elle permet d’appeler les secours tout en géo-localisant l’utilisateur. Elle lui propose notamment de filmer ce qu’il voit pour mieux évaluer le niveau d’intervention nécessaire.

 

Favoriser l’accessibilité

En matière de transports publics, à l’exception de la ligne 14, le réseau de métro de Paris intra-muros est actuellement inaccessible aux usagers qui se déplacent en fauteuil roulant. Les JO offrent une opportunité de progresser dans ce domaine.

D’ailleurs, simplifier les procédures de mise en accessibilité du métro de Paris pour les personnes handicapées et à mobilité réduite est l’une des trois mesures du projet de loi relatif à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, adopté par le Sénat le 31 janvier 2018.

Des aménagements sont ainsi prévus pour faciliter les déplacements des personnes en fauteuil roulant, âgées ou avec des poussettes. Les futures lignes de métro du Grand Paris Express, attendues à partir de 2024, devraient être complètement accessibles, selon Laurent Probst, directeur général d’IDF Mobilités. L’emphase devrait également être mise sur le réseau Transilien et le RER, avec « 268 gares qui seront accessibles en 2024 en Ile-de-France, contre 146 actuellement ».

 

Optimiser l’expérience de transport globale des touristes

Les millions de visiteurs attendus sont autant de voyageurs qui devront pouvoir se rendre d’un endroit à un autre sans encombre. C’est également l’image de notre capitale qui se joue ici !

Ainsi, l’initiative « Transcend » fédère divers acteurs de l’hôtellerie et des transports qui envisagent ensemble des solutions pour optimiser la multimodalité, à savoir les transitions d’un mode de transport à l’autre.

Par ailleurs, 1 400 kilomètres de pistes cyclables devraient être aménagées à l’intérieur de Paris ainsi que dans la banlieue parisienne. Cet aménagement rentre dans le cadre du « Plan Vélo 2020 », avec un objectif de passer de 5% d’utilisation du vélo à 15% d’ici 2020.

Dans la course à l’innovation en amont des JO, le véhicule autonome pourrait également trouver sa place en complément des offres existantes. Contribuant à la multimodalité, il pourrait venir compléter l’expérience des touristes sur certains trajets, comme le souligne le cabinet de consultants Wavestone dans son blog dédié aux Transports.

 

Les Japonais, eux, envisagent des taxis volants pour transporter les athlètes à l’occasion des JO de Tokyo en 2020 ! La France devra se montrer tout aussi innovante, sinon plus, en 2024. Les technologies et les compétences existent dans l’hexagone. Il ne reste que 6 ans pour les mettre en œuvre !