print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

L’habitat du futur : de la technologie, mais pas seulement

L'urbanisation de la planète s'accroît à un rythme trépidant, mais sa nature change également. Les villes doivent héberger plus de gens ayant des désirs et des besoins différents d'autrefois. Technologie, société, bien-être, nous couvrons ici certaines des tendances qui émergent et influent l'avenir des logements.

De plus en plus, les bâtiments sont dotés d’une sorte de « cerveau » : ils peuvent mesurer leur environnement et obéir à des ordres. Cela permet aux résidents de réaliser une programmation afin que la lumière s’allume quand ils entrent dans une pièce, ou d’appeler un ascenseur quand ils quittent leur logement. Concernant les habitations intelligentes, elles ont de plus en plus tendance à être dotées d’un « cœur » : une capacité à créer des liens et à s’adapter à chaque individu. Les capteurs et autres technologies de communication étant désormais arrivés à maturité, la prochaine étape cruciale va résider dans l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique des machines.

Les logements vont être évolutifs, ils apprendront à connaître nos habitudes et à anticiper nos besoins. Les immeubles vont être capables de comprendre : ils sauront que nous avons besoin d’un éclairage plus soutenu en hiver, que notre tasse de café chaud doit être prête à 7 heures, ou que nous devons arriver au rez-de-chaussée rapidement parce que nous sommes en retard. Ils vont également s’adapter au vieillissement de la population : en augmentant discrètement la température ambiante des appartements, en affichant des caractères plus gros sur les écrans, ou en laissant la porte de l’ascenseur ouverte un peu plus longtemps.

 

Le pouvoir transformateur de l’urbanisation

Le développement constant de l’urbanisation, dans le monde entier, n’est pas une nouveauté. Les gens veulent habiter en ville pour bénéficier d’un travail, des services, des liens sociaux et des expériences qu’ils pourront y trouver. Mais l’urbanisation change elle aussi en raison des modifications de la démographie : les gens créent une famille plus tard et vivent seuls plus longtemps. Ces tendances mondiales ont des répercussions sur les besoins des générations à venir.

La densité de population des zones urbaines implique que les immeubles deviennent de plus en plus haut et les appartements de plus en plus petits. Les logements abordables se font rares : on voit donc fleurir les micro-appartements et la colocation est en plein essor. En raison des modifications économiques et démographiques, la flexibilité revêt une importance croissante. D’anciens bâtiments à vocation industrielle doivent être convertis en immeubles d’habitation. La population âgée a des désidératas et besoins qui lui sont propres.

Cela a des répercussions sur l’architecture, qui se doit alors d’être fonctionnelle du point de vue de la mobilité et de l’accessibilité, mais également sur les concepts de services qui doivent être innovants, spécifiquement conçus pour des consommateurs âgés. L’urbanisation se développe et se transforme : il devient encore plus crucial de permettre aux personnes de se déplacer en toute sécurité, rationnellement et confortablement dans les zones urbaines.

 

Priorité à la santé et au bien-être

Une grande partie de la planète doit faire face à des évolutions décisives. Une fois que les gens ont atteint un certain niveau de confort matériel, ils donnent la priorité à d’autres aspects de leur vie tels que la santé, le confort et la sécurité. Ils veulent que leur logement, et l’environnement dans lequel ils vivent, contribuent à leur bien-être ; que ce ne soit pas juste un endroit où ils viennent pour dormir après leur journée de travail.

Le concept même de logement évolue et prend de l’ampleur, passant de l’appartement à l’immeuble, et du quartier à la ville entière. La frontière qui sépare la maison et le travail devient elle aussi floue. Les « enfants du Millénaire » apprécient de travailler assis sur leur lit, chez eux, ou de dormir sur des futons sur leur lieu de travail. Certains sont même devenus des nomades du numérique : ils travaillent à distance où qu’ils soient et pour eux la notion de « maison » n’est qu’un état d’esprit. Le bien-être doit de plus en plus être pris en compte dans les immeubles : il faut envisager la quantité de lumière qui inondera un appartement, et garantir un accès aux jardins et aux espaces communs.

On assiste également, en parallèle, au développement des appartements meublés ou appartement de services : il s’agit de logements entièrement meublés que les résidents peuvent agrémenter de divers offres de services liées à l’habitation. Il peut s’agir, par exemple : de l’accès à une salle de sports, du portage des repas, d’un service de nettoyage ou de blanchisserie. La mobilité est également un facteur de bien-être de plus en plus important ; tous ceux qui se sont un jour retrouvés coincés dans les bouchons en savent quelque chose. Les immeubles d’appartements disposent également de locaux réservés aux vélos et dotés de larges portes pour qu’ils puissent passer. Les trajets en ascenseur deviennent de véritables expériences sensorielles : des ambiances lumineuses et sonores sont élaborées pour accentuer notre bien-être.