print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

L’intelligence artificielle, plus réelle que vous ne le croyez !

Parce que la technologie continue d'évoluer à un rythme effréné, l’intelligence artificielle (IA) devient le Saint Graal pour la plupart des entreprises de haute-technologie. Loin d’être de la science-fiction, elle fait de plus en plus partie de notre vie quotidienne. Andy Stanford-Clark, inventeur chez IBM, nous explique comment elle peut révolutionner notre façon de vivre.

Pour la plupart des gens, l’IA évoque une machine qui peut marcher, parler, réfléchir ou mieux encore prendre des décisions comme les humains. Et, bien qu’il nous faille peut-être encore des décennies avant d’arriver à ce que l’on peut voir dans les films, Andy Stanford-Clark d’IBM confirme que l’IA est omniprésent autour de nous.

« L’IA prend de nombreuses formes. Par exemple, lorsque des personnes parlent à leur téléphone ou à des assistants virtuels. La voiture que j’ai achetée récemment est équipée de fonctions comme le freinage automatique, elle lit les panneaux de limitation de vitesse et m’avertit si je roule trop vite. Ces exemples montrent comment l’automatisation des machines prend le pas sur l’intelligence humaine. C’est donc aussi une forme d’intelligence. »

Alors, comment distinguer les machines connectées présentes dans notre quotidien de celles qui sont dotées d’intelligence artificielle ? IBM utilise le terme d’intelligence cognitive pour faire la distinction entre les deux.

« Vous l’entraînez à analyser, théoriser et matérialiser comme nous le faisons. Nous observons notre environnement, nous l’évaluons et nous avons une idée de la façon de réagir face à lui. Nous expérimentons ensuite cette idée et si cela ne fonctionne pas comme nous l’espérions, nous essayons autre chose. Ce cycle interactif d’observation et d’apprentissage distingue un comportement mécanique de l’IA. »

 

Offrir l’IA avec des yeux et des oreilles

Détenir l’intelligence ne suffit pas en soi. Vous devez également découvrir comment accorder cette intelligence avec les informations à traiter. Et c’est là, selon Andy, que l’Internet des Objets (ou IoT) intervient.

« Prenez un cerveau dans un bocal, il serait difficile de dire s’il est intelligent car il ne peut interagir avec le monde extérieur. C’est pareil pour l’IA : vous devez fournir des informations, des données. Un moyen d’y parvenir est via l’IoT, qui agit comme les yeux et les oreilles de l’IA. Cela permet à l’IA de comprendre le monde autour d’elle, d’émettre une hypothèse puis d’agir, comme par exemple baisser un thermostat. Voilà ce qu’offre l’IA : la possibilité d’utiliser des machines pour leur faire faire les tâches que les humains n’auraient plus besoin de faire. »

Et c’est peut-être le plus gros défi que l’IA doit relever aujourd’hui. Alors qu’on dénombre divers appareils construits autour de l’IoT, des réfrigérateurs aux brosses à dents en passant par les systèmes d’éclairage, nous n’avons pas encore trouvé l’application phare pour une utilisation de masse de l’IA. Jusqu’à présent, nous avons intégré l’IA et l’IoT dans des appareils où il est possible de le faire, plutôt que de les intégrer dans la perspective de résoudre une véritable problématique. « Et tandis que cette recherche se poursuit », ajoute Andy, « l’avenir de l’IA pourrait résider dans ses applications industrielles ».

« Si vous regardez le travail que nous faisons avec KONE, sur la maintenance prédictive par exemple, vous constaterez qu’il s’agit de projets avec des risques limités. Si nous pouvons prédire les dysfonctionnements ou la panne des équipements plutôt qu’être dans la réaction une fois la panne constatée, le gain, en termes de coûts et de temps, compensera à lui seul l’investissement dans les technologies de l’IoT et de l’IA. »

 

Rendre l’IA acceptable / populaire

KONE et IBM collaborent dans le cadre du projet Services Connectés 24/7. L’usage de la plateforme IoT Watson d’IBM permet aux machines de communiquer avec le cloud en temps réel et de manière intelligente. Ces informations sont ensuite traitées pour améliorer l’efficacité, prédire les pannes et offrir plus de services aux clients de KONE. Et selon Andy, ce n’est qu’un avant-goût du monde de demain.

« Incontestablement, cela s’avère très efficace et offre un meilleur service. Et au fur et à mesure que nous avançons, que nous recueillons plus de données et que plus d’infrastructures se mettent en place, nous améliorons l’IA. Par exemple, nous pourrions détecter une personne qui quitte sa chambre d’hôtel de façon à ce que l’ascenseur l’attende. Nous dénombrons déjà les multiples et immenses bénéfices de telles applications. »

Des exemples comme la maintenance prédictive ou même la possibilité de baisser automatiquement le thermostat montrent concrètement comment l’IA peut apporter de grands changements dans nos vies. Ces bénéfices permettront, selon Andy, de rendre acceptable l’IA auprès du public et de poursuivre l’élaboration d’autres applications.

« J’ai déjà vu beaucoup d’IA dans des applications de trading, utilisées pour anticiper les marchés boursiers. Nous l’utilisons également dans les programmes de recherche en cancérologie où IBM Watson aide les cliniciens à diagnostiquer différents types de cancers. Je pense que la création d’applications impactant positivement le quotidien des gens motivera l’utilisation de l’IA dans le monde. »

Et ce progrès est inéluctable, étant donné l’allure à laquelle la technologie évolue. Chaque année, nous assistons à l’augmentation de la mémoire et de la puissance de calcul, et ce pour le même coût. En plus des technologies du cloud, cela offre virtuellement des possibilités illimitées qui, selon Andy, permettront à l’IA de demain d’assumer des rôles plus importants.

 

Les futures applications de l’IA

Quelles seront les futures applications de l’IA ? Andy prévoit diverses utilisations dont l’intégration en hausse dans les foyers, l’IA contrôlant de nombreux appareils et systèmes tels que l’éclairage, la consommation d’eau et la sécurité. Pour ce qui est de notre expérience de conduite, l’aide au stationnement et les dispositifs automatiques de calculs d’itinéraires sont désormais une réalité. Et nous aurons, un jour, des véhicules autonomes. Andy espère également que le secteur de la santé en bénéficiera grandement puisque l’IA permettra de prédire les problèmes de santé éventuels, par une maintenance préventive de nos corps. Les technologies cognitives permettront également aux industries d’offrir de meilleurs services et produits.

Comment l’intégration de l’IA s’effectuera-t-elle dans les années à venir ? Andy pense qu’elle sera le fruit d’une collaboration.

« Les petites entreprises qui s’essaieront aux technologies de l’IA seront les premières à lancer des applications innovantes. Les grandes sociétés comme IBM fourniront l’investissement et assureront une présence sur le marché afin de faire avancer les choses, tandis que les universités fourniront la R&D pour les futures technologies. Mais plus important encore, ce sont des personnes comme vous et moi qui utiliseront ces produits, et qui nous feront part de leurs commentaires. »

Avec la technologie et la puissance de calcul qui progressent de façon fulgurante, tout est réuni pour déclencher une véritable tempête d’innovations. Alors préparez-vous à ce que l’IA apporte un changement radical sans précédent.