print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

Prenez le large avec notre technicien des mers

Les bâtiments qui naviguent sur les mers du globe s'appuient sur un réseau mondial de techniciens pour maintenir leurs ascenseurs en parfait état. Voici un aperçu de la vie quotidienne de ces experts.

David Tracey est technicien maintenance chez KONE, il travaille dans l’entreprise depuis 1999. Il a commencé chez KONE Marine en 2012, ce qui lui a permis de monter à bord d’une multitude de navires et de plateformes.

 

Ne pas interrompre la croisière des passagers et de l’équipage :
les équipes Maintenance de KONE travaillent sur les trois paquebots de la gamme Oasis :
le Harmony of the Seas, l’Oasis of the Seas, et l’Allure of the Seas.

 

« Nous ne sommes pas à bord 24h/24 car il y a une multitude de paquebots. Mais nous avons un calendrier sur lequel figurent tous les navires nécessitant une maintenance. En dehors de ce calendrier, si un navire a un problème avec un de nos appareils, il fait une demande d’assistance et nous nous y rendons », nous explique-t-il.

Alors à quoi ressemble une journée de travail type ? David Tracey nous indique qu’il passe la majeure partie de son temps à réaliser des inspections manuelles, de la maintenance, des réparations et des modernisations sur des ascenseurs « aquatiques ». Cela peut durer un jour, voire une semaine, selon les travaux à réaliser. Il s’agit d’un processus à la fois complexe et gratifiant.

« À peine a-t-on fini un chantier qu’on vous appelle à nouveau et vous devez vous rendre sur un autre site », ajoute David. « Il y a un an, j’ai dû prendre un vol pour le Mexique et faire quatre heures de bus pour pouvoir monter à bord d’un navire où l’ascenseur réservé à la blanchisserie était en panne. J’ai pu monter à bord assez rapidement et réparer l’appareil. Le client était très content, et c’est le principal ».

Ce que David préfère dans son métier, c’est qu’il voyage et rencontre beaucoup de gens nouveaux. Il ne doit cela qu’à son travail au sein des services de KONE Marine.

« Je crois que je suis déjà allé dans 20 ou 30 pays. Je travaille principalement aux États-Unis ou à proximité, mais je suis également allé en Asie, en Amérique du Sud, en Europe – dans pas mal d’endroits. Si je n’avais pas fait ce métier, je crois que je n’aurais jamais mis les pieds en Alaska », dit il. « Je me suis lié d’amitié avec beaucoup de gens qui travaillent sur ces navires. Le fait de connaître certaines personnes personnellement, ça vous aide quand vous revenez travailler sur un navire. » David Tracey nous explique que les techniciens experts en ascenseurs « aquatiques » sont dotés de compétences professionnelles étendues, ils ne sont pas cantonnés à une seule tâche.

« Du coup, j’ai beaucoup évolué dans ma formation et mes compétences professionnelles, tout en parcourant la planète. Pour moi c’est gagnant-gagnant », déclare-t-il d’un air ravi.