print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

Andy Stanford-Clark

Responsable Création chez IBM

/

PAROLE D'EXPERT

L’intelligence artificielle, à quoi ça sert ?

L'intelligence artificielle sera sans conteste la technologie qui façonnera notre avenir. Comment va-t-elle transformer la façon dont nous travaillons et vivons ? Nous avons posé la question à Andy Stanford-Clark, Responsable Création chez IBM. Voici ce qu'il nous a déclaré.

De tout temps, l’homme a rêvé de créer des machines intelligentes capables de travailler et de réagir comme des humains. Grâce à la magie de la technologie, nous entrons dans l’ère de l’Intelligence Artificielle (IA).

« L’IA prend de nombreuses formes. Ainsi, beaucoup de gens parlent à leur téléphone ou à des assistants virtuels. La voiture que j’ai achetée récemment est équipée de fonctions comme le freinage automatique, elle lit les panneaux de limitation de vitesse et m’avertit si je roule trop vite », nous explique Andy Stanford-Clark de chez IBM.

« Ce sont tous des exemples de la façon dont l’automatisation des machines peut s’approprier le rôle dévolu aux humains.

 

Contribuer à vivre des vies plus brillantes

« Automatisation » : une autre façon de dire que l’IA nous aide à prendre en charge des tâches subalternes, répétitives, telles que certaines opérations bancaires et des transactions en ligne, permettant ainsi aux personnes de se focaliser sur des travaux plus spécialisés et plus subtils. Mais ce n’est pas tout. L’IA peut également contribuer à augmenter les performances humaines en interprétant des documents importants, tels que des radiographies, par exemple, ou des données recueillies par des capteurs placés dans des ascenseurs et des escalators, et nécessaires pour la maintenance.

L’IA est également utilisée pour accomplir des tâches de beaucoup plus grande ampleur, notamment l’analyse de données relatives à la santé et au bien-être pour rendre plus efficace la prestation de services au grand public. Afin de prendre des décisions plus éclairées, certaines institutions se servent de la capacité de l’IA à rassembler des données basées sur divers paramètres et à créer des modèles de données.

Utiliser ainsi l’IA pourrait grandement améliorer la façon dont nous consommons certaines ressources et, dans bien des cas, aider les gens à vivre de façon plus durable. Et ce n’est pas tout : l’IA est capable d’auto-apprentissage.

« Vous l’entraînez à analyser, théoriser et matérialiser comme nous le faisons. Nous observons notre environnement, nous l’évaluons et nous avons une idée de la façon de réagir face à lui. Nous essayons alors cette idée et, si cela ne fonctionne pas comme nous l’espérions, nous essayons quelque chose d’autre. Ce cycle interactif d’observation et d’apprentissage est ce qui distingue un comportement mécanique de l’IA », déclare Andy Stanford-Clark.

 

À la recherche d’une appli d’IA révolutionnaire

La clef, c’est de fournir à l’IA les données et informations dont elle a besoin pour prendre les bonnes décisions. Et c’est là qu’intervient l’Internet of Things (IoT – Internet des Objets). Des capteurs intelligents capables de rassembler des données relatives à quasiment toutes les facettes de nos vies.

Les entreprises font intervenir l’IoT partout, des brosses à dents aux réfrigérateurs, mais elles n’ont pas encore trouvé la meilleure application de l’IA pour le grand public. Les compteurs électriques intelligents et les voitures sans chauffeurs seront bientôt au point, et les procédés de fabrications deviennent chaque jour plus intelligents. Et tandis que la recherche se poursuit, déclare Andy Stanford-Clark, l’avenir de l’IA pourrait dépendre de ses applications industrielles.

« Si vous regardez le travail que nous faisons avec KONE, en matière de maintenance prédictive par exemple, et les projets similaires dans d’autres secteurs, il s’agit de projets moins risqués. Si nous pouvons prédire les dysfonctionnements, dire quand un appareil va tomber en panne plutôt que de réagir une fois la panne constatée, le gain en termes de coûts et de temps peut, à lui seul, souvent compenser l’investissement dans les technologies de l’IoT et de l’IA. »

KONE et IBM travaillent de concert au développement des Services connectés 24/7 de KONE sur le marché. Dans ce cas là, Watson, la plateforme IoT d’IBM, permet aux ascenseurs et aux escalators de communiquer intelligemment avec le Cloud, en temps réel. Les données issues de ce processus permettent aux responsables de bâtiments de contrôler les performances de leur équipement, et les aide à programmer des mises à niveau et des travaux de maintenance avant que les problèmes ne surviennent.

« Nous constatons que nous pouvons dégager d’applications comme celle-ci des avantages quantifiables énormes, ce qui amènera l’IA à être intégrée aux applications d’autres secteurs à mesure que la technologie évoluera. », explique Andy Stanford-Clark.