print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

L’ingénierie au service du projet d’une vie

Lorsque le grand groupe financier Bloomberg a décidé de construire son siège européen au cœur de Londres, il était résolu à créer un espace respectueux aussi bien du passé que du présent et de l’avenir.

Situé sur le site du temple romain dédié à Mithra, précédemment restauré, le siège de Bloomberg a été conçu pour favoriser la collaboration au sein des 4000 employés du site, mais aussi pour ouvrir l’espace de travail vers l’extérieur. Le groupe Bloomberg voulait également que le bâtiment soit un exemple vivant du concept de bureaux durables, tout en préservant l’aspect historique du site.

« L’immeuble londonien de Bloomberg est entièrement tourné vers l’avenir tout en préservant le passé, ce qui s’avère extrêmement complexe à réussir du point de vue architectural », explique Kathryn Mallon, Directrice du projet Bloomberg, qui en a supervisé le développement.

 

Les gens d’abord

Le concept de l’immeuble Bloomberg a germé en 2010. Les architectes de l’agence Foster + Partners ont étroitement collaboré avec Michael Bloomberg pour donner vie à ce concept. Ils ont conçu une structure composée de deux bâtiments reliés par des passerelles qui surplombent trois places publiques et une arcade piétonnière. L’immeuble de bureaux occupe une surface de 1,2 ha qui couvre tout un pâté de maisons.

Vu de l’extérieur, le bâtiment est constitué d’un cadre en grès, agrémenté d’ailettes en bronze de diverses formes et tailles. Une fois à l’intérieur, le visiteur traverse le Vortex, sorte d’immense cavité où la lumière joue avec des structures de bois incurvées.

C’est d’ici que des ascenseurs vitrés l’amènent directement jusqu’au sixième étage et à l’Office, un espace commun conceptuel par où passe toute personne qui se rend dans les bureaux de Bloomberg. L’Office offre une vue époustouflante sur la cathédrale St Paul ainsi que sur d’autres monuments londoniens.

Les espaces sans cloison du projet Bloomberg ont été conçus pour favoriser la transparence et la collaboration ; ainsi, même les salles de réunion et les bureaux sont entièrement vitrés.

« L’idée de départ consistait à repousser vers l’extérieur ce qui se trouve d’habitude au centre d’un bâtiment, et à replacer les gens au cœur de la structure », déclare Michael Jones, Associé principal chez Foster + Partners et Architecte en chef du projet Bloomberg. « Nous ne voulions pas imposer des schémas de déplacements au sein du bâtiment, mais plutôt les rendre intuitifs, de façon à ce que les gens puissent apprécier le lieu dans sa globalité et s’y épanouir. »

Quand l’impossible devient tangible

« Le fait de repousser à la périphérie l’ensemble des éléments centraux verticaux nous a confronté à toute une série de défis ; le plus ardu étant la mise en place d’ascenseurs aussi clairs, transparents et visuellement discrets que possible », précise Michael Jones. « Intégralement vitrés, les ascenseurs panoramiques KONE font partie intégrante du décor : ils permettent aux gens qui s’y trouvent de voir aussi bien l’intérieur que l’extérieur de l’immeuble ; bien plus facilement qu’au travers d’une gaine d’ascenseur traditionnelle. »

En 2013, KONE a remporté le contrat pour la conception, la mise au point, la livraison et la maintenance de l’ensemble des ascenseurs du bâtiment, y compris les fameux 18 ascenseurs panoramiques. Ainsi, ce projet est devenu l’un des plus ambitieux jamais entrepris par KONE.

En termes de conception, le défi que Foster + Partner devait relever était le suivant : les cabines d’ascenseurs devaient être intégralement vitrées ; aucun équipement essentiel ne devant être visible de l’extérieur ou de l’intérieur. Les autres appareils à livrer se composaient des ascenseurs Pompiers et de monte-charges, ainsi que de l’ascenseur réservé aux visiteurs du temple de Mithra.

« L’aspect le plus délicat du projet était lié à la conception des ascenseurs eux-mêmes, d’une capacité maximale de 32 personnes, comportant ce qu’on appelle un dispositif « sac à dos » asymétrique. A l’encontre des cabines statiques symétriques nécessaires pour répondre aux critères inhérents de confort de déplacement, la cabine de l’ascenseur est ici uniquement tractée à l’aide d’un étrier de 6 tonnes fixé à l’arrière de la cabine ! », explique Chris Edwards, Chef de projet Senior chez KONE.

Grâce à des essais intensifs réalisés lors de la mise au point du produit, qui comprenait notamment la construction d’un prototype grandeur réelle sur trois niveaux ; cette configuration spécifique permet d’obtenir un déplacement incroyablement fluide ; toute la technologie nécessaire étant dissimulée sous le plancher de la cabine de l’ascenseur. Cela permet d’offrir un tour d’horizon complet et net, y compris à la verticale, à travers l’ensemble des vitrages de la batterie d’ascenseurs.

« L’ensemble des mécanismes des portes, de la climatisation et de la Wi-Fi devaient se situer sous la cabine, alors qu’ils sont généralement au-dessus », précise Chris Edwards, ajoutant qu’on ne pouvait, pour ce projet, s’inspirer que de quelques-unes des caractéristiques techniques des ascenseurs standard.

« Jamais dans l’histoire de la fabrication des ascenseurs de tels appareils n’avaient été conçus par des ingénieurs. Il fallait tout inventer », souligne Kathryn Mallon de chez Bloomberg. « L’expérience qu’offrent ces ascenseurs est incroyable. On a l’impression de véritablement flotter dans les airs, et l’arrêt à chaque niveau se fait tout en douceur, dans le calme, on n’entend rien. C’est vraiment, vraiment une sensation unique. Je souhaite à tous les londoniens de pouvoir emprunter un jour l’un de ces ascenseurs. »

 

De Hyvinkää aux rues de Londres

Comme lors de la création de ces ascenseurs intégralement vitrés, nous avons été confrontés à toute une série de défis lors de leur transport depuis l’usine de Hyvinkää, en Finlande, et de leur installation dans le nouveau bâtiment.

En raison de leur taille imposante et de leur structure entièrement vitrée, ils ont dû être transportés couchés sur le côté. Le fait que KONE devait associer l’étrier et la cabine de chaque ascenseur dans sa gaine, est venu accentuer la complexité du chantier. Mais KONE à pu surmonter ces obstacles grâce à une planification méticuleuse.

« Du point de vue théorique, nous cernions ce que nous voulions faire, mais nous ne savions pas si cela allait s’avérer techniquement possible », se souvient Michael Jones de chez Foster + Partners.

« KONE a fait un travail formidable en prenant les devants d’une façon très réactive et collaborative. De par bien des aspects, il s’agissait là du projet d’une vie puisque nous devions relever tant de défis auquel personne au monde n’avait jamais été confronté.

Michael Jones précise que les ascenseurs représentaient un poste non négligeable car ils devaient faire partie intégrante à la fois de l’intérieur et de l’extérieur du bâtiment.

« Quand les gens voient ces bulles transparentes glisser à la verticale sur la façade, ils ne peuvent s’empêcher de s’arrêter pour les contempler. C’est une vision quasi irréelle. »
Et c’est bien la preuve, ajoute Kathryn Mallon, de l’extrême implication de KONE pour faire de simples ascenseurs une œuvre d’art.

« Pour moi, ces ascenseurs vitrés constituent le plus bel élément du bâtiment. Je les adore. Ce qui me plaît par-dessus tout, c’est que ce sont les premiers dans leur genre. J’apprécie énormément que les ingénieurs KONE aient décidé de relever cet incroyable défi, d’innover comme jamais, et de créer quelques chose de si différent. Tout cela en partenariat avec nous. Ils ont parfaitement cerné les tenants et aboutissants du projet qui consistait à instaurer de nouvelles frontières, tant en matière d’architecture que d’ingénierie.