print mail facebook linkedin youtube twitter search arrow chevron-with-circle-up
Kone

Julian Treasure

PDG de Sound Agency

/

Quand la musique est bonne…

Au début des années 1900, la musique était déjà utilisée en fond sonore dans les usines pour booster la productivité des ouvriers. Aujourd’hui, elle est présente dans quasiment tous les espaces publics. Et si elle reste en fond sonore, elle n’a rien d’anodin. Au contraire, la musique est capable de nous influencer à bien des niveaux.

Les mille et un effets de la musique

Les sons génèrent de vives émotions en nous. Et la musique, plus particulièrement, a le pouvoir de nous transporter. Songez simplement à la bande-son des Dents de la Mer où deux notes successives suffisent à annoncer le danger imminent, jusqu’à nous donner la chair de poule. Ou alors au sentiment de toute-puissance qui s’empare de nous dès les premières notes du O Fortuna de Carmina Burana. Ce n’est pas un hasard si cette œuvre est devenue l’une des plus utilisées – voire parodiées – pour installer une tension dramatique dans les films, les séries et les publicités de notre monde occidental.

“Votre cerveau reconnaît instinctivement une chanson et cela déclenche des sentiments intenses,” affirme Julian Treasure, figure emblématique dans le domaine du branding sonore et PDG de la Sound Agency. J. Treasure conçoit des atmosphères sonores pour les centres commerciaux, les aéroports et les bureaux. En plus d’être un orateur brillant des conférences TED, il parcourt le monde pour promouvoir “l’écoute consciente”, un art qui s’expérimente par le corps, le regard et la création.

 

Une question de subtilité

 

 

Les sons sont essentiels parce qu’ils ont un effet sur les dimensions physiologiques, émotionnelles, cognitives et comportementales des individus.

“La musique électronique avec un tempo de 140 battements par minute augmente significativement notre rythme cardiaque et notre respiration,” déclare J. Treasure. “Les sons affectent notre état psychologique à cause des émotions qu’ils véhiculent. Ils peuvent distraire notre perception cognitive à différents degrés d’intensité – selon le niveau d’attention qu’ils réclament.”

Depuis déjà très longtemps, la musique est utilisée pour influer sur nos comportements. Muzak, une marque de design sonore, servit dans les années 30 à accélérer la cadence de travail dans les usines. Elle joua le rôle de pionnière dans nos espaces publics, où le silence est plus souvent l’exception que la règle. 

J. Treasure pense que la musique a un grand pouvoir dès lors qu’elle est bien conçue et mise en œuvre. “Mais elle est souvent diffusée sans réflexion parce que l’on croit à tort que les gens veulent de la musique partout. Il faut être plus prudent. La musique peut vite devenir gênante.”


N’oublions pas que le silence est d’or

 

Comme la musique d’ambiance s’avère être un marché très fructueux, il y a toute une industrie qui essaie de nous persuader que nous apprécions vraiment ce genre. Pourtant, selon J. Treasure, les études indépendantes conduites à ce sujet sont loin d’être unanimes. Si certains aiment la musique d’ambiance, d’autres ne la supportent pas, tandis que le reste est mitigé.

Parfois même, le silence total peut être la meilleure solution. En 2016, l’enseigne britannique Marks & Spencer a complètement éliminé la musique de fond de ses points de ventes. Une décision qui avait rencontré l’approbation publique. Il existe également des organisations prônant le retour à des environnements sans musique dans tous les lieux où les gens ne vont pas pour écouter de la musique.

Mais qu’en est-il des ascenseurs, alors ?

 

Le revival de la musique d’ascenseur


Rajouter de la musique dans un ascenseur peut être bénéfique, annonce J. Treasure. “Parce que si vous confinez plusieurs personnes dans un espace étroit, cette situation peut vite devenir embarrassante dans le silence le plus complet. Une musique adéquate et agréable peut masquer le bruit d’un ventre qui gargouille ou offrir un peu d’intimité, permettant aux individus de discuter.”

Des sons bien élaborés peuvent enrichir l’expérience d’un trajet en ascenseur et avoir un effet positif sur l’humeur. Les sons peuvent susciter de l’intérêt ou même nous divertir.

“Le Royal Festival Hall situé à Londres utilise dans un ascenseur des extraits de chorale allant des basses aux sopranos. A mesure que la cabine monte ou descend, les voix et les tonalités changent à chaque étage.”

Les bruits organiques tels que le souffle du vent, l’eau qui s’écoule, ou le chant des oiseaux font quasiment l’unanimité. Des études récentes ont d’ailleurs démontré qu’elles permettaient d’accentuer notre bien-être. Voilà pourquoi la Sound Agency se repose sur ces sonorités pour créer des atmosphères sonores au sein des grands espaces – à diffuser des aéroports jusqu’aux bureaux.

Avant tout, J. Treasure préconise un rapport à la musique plus conscient et plus empathique, afin de bien comprendre l’impact qu’un son peut avoir sur autrui.

“Une bonne musique profite à tout le monde,” conclut-il.

 

Et pour aller plus loin dans votre lecture, consultez nos articles qui abordent l’histoire d’amour entre la musique et l’ascenseur…

Pas de muzak !
– Soyez prêt dès aujourd’hui pour le bâtiment de demain